promyé paz
accueil
first page

Le document ci-dessous figure en préambule du livret pédagogique "Wopé zangoun! Koman i lé?" C'est la reprise du projet qui avait été proposé au Rectorat de la Réunion en mars 1999. Seule a été ajoutée la mise à jour incluant la référence aux textes entrés en vigueur après mars 1999.

LANGUE ET CULTURE REUNIONNAISES AU COLLEGE
(objectifs et programmes)

Projet présenté par Roger THEODORA, PEGC Lettres Anglais au Collège Plateau Goyaves (Saint-Louis), Responsable pédagogique du projet Langue et culture réunionnaises au Collège Plateau Goyaves, Vice Président du MRICR/MRLKR (Mouvman po lo Réspé Lidantité Kiltirèl Rényoné)

Objectifs généraux:

Le Parlement français vient de voter, en première lecture, la loi d'orientation pour les DOM. qui , dans son article 18, reconnaît officiellement l'existence du créole réunionnais comme langue de France au même titre que d'autres langues régionales déjà reconnues telles que le breton, le corse, l'occitan. Le texte précise que la loi 51-46 du 11 janvier 1951, « loi Deixonne » relative à l’enseignement des langues et dialectes locaux sera applicable aux langues régionales d’Outre mer, dont le créole réunionnais .

L'expérience « option langue et culture réunionnaises » qui a le vu le jour au Collège Plateau Goyaves en 1996 et qui est inscrite dans le projet d'établissement de ce collège peut donc être aujourd'hui considérée objectivement comme une référence. Il convient de préciser que l'originalité de ce projet tient au fait qu'il s'est mis en place dans un contexte différent de celui dans lequel fonctionnent les options LCR dans l'hexagone.

Alors qu'en France métropolitaine, l'option LCR a été l'espace privilégié de renaissance de langues régionales de moins en moins parlées, à la Réunion, pour reprendre les propos de Pierre Cellier, "la diglossie réunionnaise est différente (...) le créole est encore une langue parlée par toute la population. C'est pourquoi la minoration linguistique touche le vécu, l'homme dans sa pratique culturelle (...)." C'est à partir de ce constat de la réalité réunionnaise que nous avons bâti le projet pilote « langue et culture réunionnaises » au  Collège Plateau Goyaves.

Pendant quatre ans, il nous a fallu tout imaginer, tout créer. Le changement de contexte qui intervient aujourd'hui au sein de l'Académie de la Réunion, (la lettre circulaire de Monsieur le Recteur en date du 5 juin 2000) fait qu'étant devenue, à l'instar de l'anglais ,de l'allemand ou de l'espagnol, une discipline à part entière, la LCR peut enfin sortir d'un contexte pervers qui n'était bénéfique ni à la formation équilibrée des élèves réunionnais, ni à leur recherche de culture générale après leur passage à l'école, ni même à l'apprentissage du français. Les conditions sont enfin réunies pour que d’autres établissements puissent bénéficier de ces quatre années de travail et que soient atteints les objectifs qui devraient être ceux de la L.C.R. à la Réunion, à savoir :
le développement de la compétence de tout jeune Réunionnais dans l'expression personnelle en langue régionale et de son autonomie dans l'appropriation d'informations sur la réalité locale,
l'approfondissement de sa culture régionale et la découverte de son identité sous ses multiples aspects,
son insertion dans le processus global de développement de la Réunion.

Public:
Elèves volontaires.

Horaires:
· une heure par semaine en 6ème, 5ème, 4ème et 3ème. (en sensibilisation).
· trois heures par semaine en quatrième et troisième (en approfondissement).
En classe de 4ème il est possible de mettre en place cette discipline sur un trimestre dans le cadre des parcours diversifiés.

Esprit des actions ( classes de 6ème, 5ème, 4ème, 3ème )
Il ne s'agit pas, surtout en 6ème et en 5ème de mener cette activité suivant une stratégie de discipline mais de culture. Il n'est donc pas question d'exiger des élèves des performances dans le maniement de la langue écrite et de se perdre dans des considérations techniques sanctionnées sommativement dans le même esprit que le sont les acquisitions de français, maths ou anglais.
Il s'agit de créer les conditions pour que la curiosité de l'élève pour l'environnement physique et humain réunionnais le situe dans une dynamique d'apprentissage.
Une transversalité avec les matières classiques enseignées sera bienvenue mais pas systématiquement recherchée.
- En sixième et cinquième, il existe des points de convergence avec les programmes de sciences de la vie.
- En quatrième, particulièrement en histoire, il peut et même il devrait y avoir complémentarité entre la L.C.R. et le programme général.
- En troisième, la transversalité avec le français peut être très bénéfique :
Elle peut se concevoir dans le cadre de recherches et de travail en atelier avec réappropriation du patrimoine linguistique par le récit.
Le travail peut être mené sur des thèmes choisis en fonction :
- de leur richesse, de leur attrait, de leur contribution à l'élargissement du champ d'investigation des élèves au delà du strict cadre scolaire,
- des compétences des professeurs volontaires et des intervenants extérieurs.

Contenus:
Littérature créolophone présentation des genres suivants traités dans la littérature réunionnaise créolophone le proverbe, la chanson, la sirandane, le conte, la fable, le récit autobiographique (extraits ), la poésie, le roman. Passage progressif des genres se rattachant à la tradition orale à ceux appartenant à la tradition écrite
· Les contes et les récits autobiographiques en classe de 6ème leur contribution à l'apprentissage de la lecture et à l'intérêt pour la littérature créolophone est essentielle. Ils constituent une bonne ouverture sur différents aspects du monde créole. En outre, ils peuvent permettre une approche de la grammaire.
· Les proverbes choisis ont une double fonction : ils peuvent être une référence à l'environnement, soit qu'ils en prolongent un aspect ou un élément ~ dans une lecture ou au cours d'une enquête, soit qu'ils incitent à l'enquête ou à la lecture.
Ils peuvent être un support efficace à la connaissance de la langue pour illustrer l'étude de la graphie et entraîner à sa lecture et à son écriture pour illustrer un aspect de la syntaxe.
· Les sirandanes (kosa in soz ?) peuvent illustrer ou prolonger une lecture en s'inscrivant dans un thème qui y est abordé . Elles peuvent inciter à la créativité. Imaginer kosa in soz, faire donner une définition précise ou une description imagée de l'objet à découvrir, est un bon entraînement au maniement de la langue.
· Ségas, maloyas, fonn'kèrs sont choisis en fonction de l'intérêt présenté par leur contenu et leur forme. Leur contenu peut illustrer un point d'histoire, une pratique culturelle, ou prévenir la disparition d'un savoir faire Leur forme ( syntaxe, vocabulaire, expressions idiomatiques, subtilités d'agencement, associations d'images) est un des moyens efficaces de ré appropriation de la langue.
Découverte du milieu elle se fait par des enquêtes lancées , par exemple, sur les plantes aux noms rencontrés dans des lectures. Les enquêtes bien menées, cadrées par un questionnaire précis concourent à l'enrichissement du vocabulaire par la formulation précise des descriptions.
Histoire au cours du cycle de sensibilisation (6ème, 5ème ) l'accent est mis sur les grandes lignes de l'histoire du peuplement. En classe de 6ème, il est en effet nécessaire de sensibiliser les élèves à ce domaine par une approche personnalisée de la discipline. L'histoire du peuplement et des patronymes s'y prête bien. L'accent est mis sur des dates repères d'événements dont les conséquences sont encore présentes aujourd'hui. Ces dates sont, en 6ème , 1663, 1723, 1848. Elles sont d'autant plus intéressantes que l'étude des événements qui leur sont liés n'appartiennent pas à la seule histoire locale mais situent la Réunion dans un contexte plus large (Océan Indien, France...).
Parce que l'élève , quel que soit son niveau, doit sentir, à travers les tranches d'histoire qui lui sont présentées, l'importance de la connaissance du passé pour une meilleure compréhension du présent et qu'il doit être capable d'en saisir la continuité historique, nous avons choisi de limiter au strict minimum le vocabulaire technique qui rebute tant les intéressés dans les cours d'histoire classiques. Nous pensons en effet que pour que l'intérêt de l'individu pour son passé lui soit utile dans sa curiosité de citoyen, il ne doit pas être marqué par les aléas de l'apprentissage scolaire.

La langue:
La langue utilisée en classe est le créole. Compte tenu de la complexité et de la subjectivité qui caractérisent son emploi, une dédramatisation de la question est indispensable dès le départ. La bonne marche de la classe pourrait, autrement, pâtir de polémiques stériles provoquées par la non évacuation des préjugés tels que « quel est le bon, le pur, le vrai créole ? » ou encore : «  c'est mon registre de langue, mon vocabulaire qui sont la référence, tous les autres sont erronés, etc. »
Nous avons, à travers des exemples pris dans des textes de chansons connues, acceptées et appréciées de tous et des activités ludiques, donné des réponses aux interrogations des élèves et de leur environnement familial sur la question. La préoccupation constante a été de couper court à toute dérive sectaire en présentant, toutes les fois que notre attention se portait sur l'hésitation d'élèves sur l'énonciation d'une idée, les différentes variantes correctes de l'énoncé.
Nous étions en effet conscients que le créole est une langue de grande communication dans l'île, et que toute dérive réductrice cautionnée par l'école aurait comme conséquence un recul de la langue.
Il est bon de rappeler, à ce sujet, que nous avons été confortés dans notre démarche par la remarque faite au colloque « les langues de France et leur codification » des 29, 30 , 31 mai 2000 par le linguiste Michel Launay : « l’un de nos travaux, disait-il à propos des variantes de businingue, est de montrer aux gens qu’ils parlent la même langue ».

Quelle graphie?
Le but de l'étude de la langue est certes d'amener les élèves à la pratiquer dans la communication orale, mais il est aussi de leur permettre de profiter des textes écrits et de s'exprimer par écrit. Le contexte difficile dans lequel nous avions démarré l’option il y a quatre ans nous avait incité à la prudence. En effet, aucune graphie n'ayant fait, jusqu’alors, l'unanimité de ceux qui écrivaient en créole, il nous fallait faire un choix nous permettant de ne pas tendre le flanc à la polémique, d’être cohérents dans la graphie à utiliser dans les outils pédagogiques que nous nous proposions de mettre en place, de nous appuyer sur la cohérence des outils didactiques existants, en particulier, le « petit dictionnaire créole réunionnais / français »réalisé par l’Université de la Réunion en 1984 .
Nous avons donc adopté la graphie phonético-phonologique moderne pour toutes nos productions didactiques à destination des élèves qui y ont été initiés.
Nous avons vérifié que ce choix, ainsi que les précautions dont nous avons parlé plus haut à propos des variantes dans l'énoncé, étaient des conditions objectives à l'adhésion des élèves à l'acte de lecture.
Notre pari s’est avéré judicieux, et nous venons de le voir conforté par les interventions de plusieurs scientifiques au colloque « les langues de France et leur codification » des 29, 30 , 31 mai 2000. Sur le point précis de la graphie, nous en avons retenu en particulier :
Que l’écrit de nombreuses langues de France, et non des moins anciennes voire prestigieuses était encore l’objet d’aménagements, et que la réticence d’une partie de l’opinion vis à vis de certains graphèmes n’était pas une spécificité réunionnaise.
Que cela n’empêchait pas l’enseignement des langues concernées.
Que pour ce qui concerne les créoles, depuis une vingtaine d’années, la graphie phonético phonologique, malgré quelques tribulations d’ordre idéologique, avait pris le pas sur la graphie étymologique.
Qu’il ne pourra y avoir d’écrit stabilisé et de banalisation de cet écrit tant qu’il n’y aura pas d’enseignement généralisé dans le primaire.
Que quelle que soit la langue, quelle que soit la graphie, l’apprentissage d’une langue demande un certain effort
Que contrairement à ce que nous reprochaient certains enseignants défavorables au créole à l’école, le français enseigné suivant des méthodes appropriées au contexte, ne souffre pas de l’apprentissage de la langue maternelle, mais que c’est souvent au contraire, cette dernière qui souffre de la corruption par le français à cause d’une survalorisation de cette langue dominante. Ce phénomène est observable dans les DOM ( Guyane, Antilles et Réunion).

Quand passer à l'écrit ?
Si les élèves se sentent impliqués, on peut très vite passer à l'écrit. Mais l'expérience nous a montré qu'il ne faut pas brûler les étapes. Faire compléter des phrases, faire répondre à des questionnaires par des mots illustrant les acquisitions, sont des exercices qui peuvent être commencés dès les premières leçons d'apprentissage d'écrit. Quant à la production écrite plus conséquente les élèves s'y prêteront volontiers si tel ou tel sujet les passionne. En tout état de cause, il ne faut pas attendre la fin de l'apprentissage des règles de graphie pour aborder l'écrit. Ce sont la clarté du contenu du message et la justesse de la syntaxe qui doivent préoccuper l'enseignant . La graphie, elle, doit être prise en compte avec beaucoup de précautions. Si la récurrence de certaines fautes devait faire l'objet de rappels fréquents de la norme, la correction doit se faire dans un esprit de perfection d'une production écrite réussie, jamais elle ne doit faire en 6eme l'objet d'appréciations notées.
Nous avons constaté que ces conditions aboutissaient à un intérêt des élèves pour cette bonification et à son intégration dans les productions écrites.

Vocabulaire et syntaxe:
Limiter la grammaire à l'emploi correct des temps du récit et aux pronoms personnels est largement suffisant en 6ème Quant au vocabulaire, il peut être vu suivant les besoins, et les sujets abordés au cours des lectures ou débats peuvent être prétexte à une étude thématique.
En 3ème en littérature, nous proposons l’étude d'un auteur réunionnais bilingue et mise en exergue de son apport dans le domaine descriptif et dans la sensibilité.

Moyens:
Un livret par élève. En 6ème et 5ème, plusieurs exercices nécessitent, par leur conception, que ce matériel soit individualisé. Pour cette raison, et devant le constat que les manuels classiques étaient , dans la plupart des divisions, exploités seulement aux trois-quarts, voire à moitié, nous avons pensé à prévoir, dans les deux premiers livrets, la matière nécessaire à la trentaine d'heures consacrées à la discipline dans l'année.
2. La bibliothèque du collège doit disposer d'un minimum d'ouvrages de référence susceptibles d'assurer l'autonomie des professeurs dans la préparation de leurs cours et de satisfaire la curiosité des élèves. Compte tenu de l'effort fait par le Conseil Général ces dernières années, les CDI des collèges devraient déjà être pourvus à 50 % en ouvrages indispensables et à 30% en ouvrages souhaités .

Ouvrages indispensables
· dictionnaires du créole réunionnais (Baggioni 1987 et Alain Armand )en nombre suffisant pour une heure de cours dans une division,
· La littérature réunionnaise d'expression créole : ouvrages littéraires en relation étroite avec les programmes zistwar Tikok, contes recueillis par Boris Gamaleya, les Marrons, Eudora, Bayalina / faims d'enfance, quartier trois lettres (versions créole et française)
comparaison syntaxique du créole réunionnais et du français, · l’Atlas climatique de la Réunion, · les gouverneurs de la Réunion, · de la servitude à la liberté, · les cahiers de notre histoire, · île de la Réunion regards croisés · fleurs et plantes de la Réunion, · les animaux de la Réunion, · les oiseaux de la Réunion, · les fonds marins de la Réunion, · les musiques de la Réunion, · le grand livre de la cuisine réunionnaise

Ouvrages souhaités
Le mémorial de l'Ile de la Réunion, · Le dictionnaire de la Réunion. · Le dictionnaire généalogique de la Réunion, · Histoire des noms réunionnais, · Mémoire d'Antoine Boucher, · kriké, kraké, · Fonn'kèzèr la Rényon · Les poètes de l'île Bourbon · Album de Roussin · 1 dictionnaire du malgache contemporain, 1 dictionnaire du créole mauricien

3 Les documents sonores, pourront être constitués par des enregistrements d'interviews à l'initiative des élèves eux-mêmes, d'enregistrements de musique et chants locaux produits dans le commerce , de documents du fonds du CRDP, des montages effectués à partir d'archives sonores de l'université ou de RFO.

4. L'utilisation de documents audiovisuels incitatifs à un approfondissement d'un point du programme est possible grâce au fonds du CRDP complété par un fonds épars dans les archives de RFO. Ils peuvent être rapidement recensés et, si les formalités administratives et les contraintes commerciales ne s'y opposent pas, les documents audiovisuels actuellement en français pourraient , à l'avenir, être mis en version créole avec sous-titrage.

Tous les Collèges étant équipés en informatique, il est possible, grâce à Internet de résoudre dans une mesure très importante la question de la documentation. On peut même rêver de logiciels interactifs (pour les exercices sur la langue en particulier).

Une sortie pédagogique organisée en début d'année scolaire est une excellente introduction à un thème sur lequel on veut mettre l'accent. Par expérience, nous pensons qu’il est préférable de n'orienter vers les structures lourdes du type musée de Stella que des élèves de 4ème ou de 3ème ayant une culture et une autonomie suffisantes pour pouvoir en profiter. Toutefois, compte tenu de la dispersion des sites intéressants , un certain nombre de contraintes financières sont inévitables notamment en matière de transport et assurance.

7 Les intervenants extérieurs sont d'un soutien précieux.
Ils peuvent être sollicités pour un travail discontinu sur plusieurs séances, voire sur un trimestre ou même l'année. Leur prestation doit alors faire l'objet d'un solide cahier des charges et d'une préparation minutieuse dans la concertation.
Ils peuvent encore être sollicités de façon exceptionnelle pour une rencontre d'une durée d'une séance avec les élèves

Classe de 5ème
Histoire l'engagisme, le peuplement de l'intérieur, la loi de 1946 (la départementalisation)
un personnage important dans l'histoire de la Réunion Joseph Hubert.
Etude de la langue : les pronoms (suite) , l'indéfini, le démonstratif ; le verbe (le présent et le futur, l'ordre et l'invitation) , le discours direct , l'insistance.
Littérature Un genre littéraire : le théâtre d'expression créole. Extraits d’une pièce écrite en créole.
Mythes et légendes dans les comptines et les berceuses. Le séga, chronique de la vie locale.
Connaissance de l'environnement botanique portera sur les plantes endémiques et indigènes (faham, tamarin des Hauts. palmiste, mazanbron, quelques essences indigènes...), et les pratiques culturelles dans lesquelles elles sont intégrées pharmacopée, agrément, cuisine, artisanat et construction.
Approche de la cuisine réunionnaise (atelier sur 3 séances) en relation avec l'étude de l'engagisme, les apports des immigrants dans la cuisine réunionnaise.
Sorties pédagogiques possibles : jardin des épices, le Lazaret. le jardin de l'Etat
Intervenants extérieurs exceptionnels possibles à voir avec des clubs de troisième âge dans le cadre de la contribution de la mémoire vivante à la connaissance de l'environnement.

Classe de 4ème
Histoire toponymie et Histoire. Etude d'un événement historique (la bataille de la Redoute) sous tous ses aspects causes et conséquences ( militaire, sociologique, économique, géopolitique).
Etude de la langue les pronoms, approfondissement de la notion de l'autre (zot, bann-la) , la marque du pluriel , le discours rapporté, l'hypothétique, la condition, L'ordre des compléments dans la phrase.
travail d'écriture : écriture de dialogues sur planche muette de bande dessinée et comparaison avec planche originale.
Littérature: L'imaginaire réunionnais le merveilleux dans la littérature ( Granmèrkal, ...),
L'influence de la tradition populaire sur la création littéraire moderne dans des poèmes et des extraits de « Eudora», roman de Marguerite Hélène Mahé traduits en créole.
· Le rôle du maloya et du séga dans la sauvegarde de la mémoire populaire.
Musique : Approche de la musique réunionnaise. (ateliers sur 4 séances en option lourde)
· connaissance des Instruments de musique et de l'histoire musicale de la Réunion.
· Les genres du kabaré au maloya. Le séga. Musique et instruments de musique liés à la pratique religieuse tamoule.
Connaissance de l'environnement un environnement menacé, un environnement à protéger(faune et flore). Les atteintes à l'environnement , leurs causes, leurs conséquences. Le passif et l'actif culturels dans ce domaine.
Sorties pédagogiques possibles en relation avec le point précédent du programme
Intervenants extérieurs exceptionnels possibles Madame Rose-May Nicole sur le roman EUDORA , un responsable du conservatoire de Mascarin, un représentant d'association écologiste, un musicien jouant d'un instrument réunionnais peu pratiqué.

Classe de 3ème
Histoire · grandes lignes de l’histoire de l'agriculture réunionnaise, ( le café, les épices, la canne, les parfums, le chouchou, le vacoa).
· traditions artisanales du passé liées à ces cultures, leur trace dans la vie d'aujourd'hui..
· Histoire du savoir-faire.
Etude de la langue : le genre masculin, le genre féminin, le neutre. L'insistance, étude comparative du créole et du français.
· Etude d'un texte en français régional. A tous les niveaux, répertoire de faux amis très utilisés en français , en anglais et en créole rencontrés au cours des séances. Traduction en créole de courts passages de récits écrits en français ou en anglais.
Littérature : la littérature réunionnaise d'expression créole et française.
· Le roman : étude d'un roman bilingue « Kartyè trwa lèt » ou « Bayalina». Etude des structures de la langue, comparaison entre la langue de communication et la langue littéraire.
Connaissance de l'environnement vestiges historiques et patrimoine architectural à protéger.
Sorties pédagogiques possibles visite de sites ou monuments historiques menacés ou méconnus.
Intervenants extérieurs exceptionnels possibles : un représentant du GRATHER, un archiviste, DIREN
Fait au Tampon le 06 juin 2000
Roger THEODORA

artourn an-aryèr/revenir à la page précédente
visites
     
L'originalité de ce projet tient au fait qu'il s'est mis en place dans un contexte différent de celui dans lequel fonctionnent les options LCR dans l'Hexagone et qu'il anticipe sur la démarche du Plan académique de développement de la langue et de la culture réunionnaises..  
         
langue et culture réunionnaises à l'école ... lang èk kiltir rényoné dan dan lékol... langue et culture réunionnaises à l'école ... lang èk

POU TROUV / SOMMAIRE

- Actualité / Laktyalité

- Réflexions sur l'identité / Kozman pou lidantité

- Histoire /Listwar

- Environnement et patrimoine / Nout lanvironman, nout byin

- Langue créole / Lang Kréol

- Culture : littérature, musique, arts plastiques, théatre / Kiltir: liv, mizik, désin, téat

- Créolité dans le monde / Kréol partou si Latèr

- Dans la remise / Dann farfar

- Associations / Lasosyasyon

- Les textes officiels et leur application / Sak la lwa i di, laplikasyon la lwa

- Vous nous écrivez / Zot i ékri a nou